Les témoignages

Si je vous dis Saint-Germain-en-Laye ?

Jean-François RIDEL, Commerçant

Saint-Germain-en-Laye, première question, je vais vous dire Louis XIV, puisqu’il est né à Saint-Germain-en-Laye, le 27 septembre 1638. Je ne suis pas savant, c’est marqué sur le drapeau de la ville !

Céline LACOUTURE, Cadre en recherche d’emploi

Le règne d’Henri IV, la guerre des religions, la naissance de Louis XIV à Saint-Germain-en-Laye également, les enfants de la royauté qui sont élevés à Saint-Germain. Historiquement, le château de Saint-Germain était construit sur cette terrasse parce que, effectivement, les rois, les reines voulaient que leurs enfants soient élevés au grand air, loin des épidémies de Paris.

L’Houssaine SARHANY, Demandeur d’emploi

C’est le club de Paris Saint-Germain, le club PSG. Plus le château, le parc du château, tout ça.

Cécile CHEVREUL, Directrice commerciale

Lorsqu’on évoque Saint Germain-en-Laye, pour moi c’est tout de suite le cadre de vie qui me vient à l’esprit en premier lieu, donc l’approche de la forêt, de la qualité de vie lorsque l’on est en famille, qui est très agréable. La proximité du château, de la forêt, toute la mise à disposition de différentes structures pour les enfants.

Filipe AFONSO, Lycéen

C’est une ville intéressante. Il y a beaucoup de filles surtout ! Le paysage est beau. Il y a le château de Saint-Germain. Il est visité par beaucoup de gens. On va dire à peu près Paris, c’est comme une deuxième capitale, en fait.

Alice GRAMFORT, Commerçante

Saint-Germain-en-Laye c’est une ville où il fait bon vivre. C’est un petit Paris. Vous pouvez autant trouver quelque chose de culturel, si vous aimez vous cultiver, si vous aimez faire les boutiques, vous avez plus de 700 commerces, sauf erreur de ma part. Vous avez un cinéma, une piscine olympique, un théâtre. Donc on est quand même gâté tout en étant à 20 kilomètres de Paris. Donc, c’est une ville un petit peu idéale.

Michel ROGER, Chef d’entreprise

C’est la beauté de la ville, qui est un grand village. Le côté convivial. On va sur une terrasse, on ne mange jamais seul. C’est-à-dire qu’on s’y installe, et il y a toujours une amie ou un ami qui passe et voilà, on se retrouve des fois à quatre, cinq à déjeuner autour d’une bonne table.

Mikaël de TALHOUET, Officier pompier

On a décidé, mon épouse et moi, d’habiter à Saint-Germain, à partir du mois d’août. Ça s’inscrit un peu dans le cadre d’une reconversion professionnelle. Et donc, on a voulu se rapprocher de Cergy-Pontoise, mais en ayant pour autant une vie sociale et en ayant la possibilité de vivre dans un environnement agréable.

Marie-Laure PIANA, Avocate

Très dynamique, internationale et à la fois, avec cette capacité de s’en échapper très facilement et d’être dans la nature avec beaucoup de facilité. On peut très bien sortir de chez soi aller courir, prendre sa bicyclette avec les enfants, se retrouver au milieu de la forêt. C’est très agréable d’être si proche de Paris et en même temps complètement à l’extérieur, dans la nature.

Rosa ARAUJO ALVES VAZ, Employée de maison

C’est un peu Paris avec un petit peu de campagne, il y a un peu plus de verdure. Un petit Paris, mais plus tranquille, moins fréquenté, très joli. Paris en miniature, je trouve, sans la Tour Eiffel !

Yasuyo VERDIER, Mère au foyer

Ce n’est pas une ville fermée, c’est très ouvert. Elle accueille beaucoup d’étrangers, grâce au lycée international. Nous, on est en harmonie avec des Français classiques, étrangers. On vit ensemble.

Olivier ZAGLI, Formateur conseil

Il y a un style Saint-Germanois, il y a un style versaillais, il y a un style bobos à Paris, il y a un style VIIe arrondissement, un style… oui, chaque ville de province a son style. Saint-Germain a son style qui est très sympa. On pourrait dire qu’à Saint-Germain c’est le style bourgeois bien pensant. Ça me fait bien plaisir. Je n’ai aucune honte à parler de bourgeois bien pensant.

Chedly ELAIBA, Conducteur routier

Pour moi Saint Germain c’est comme le XVIe, on est d’accord, comme le VIIe, les bons quartiers. En fait Saint Germain, il y a deux quartiers : la rue Saint Léger, en ville, tout ça, on a que des zones pavillonnaires, des résidences privées, tout ça. En fait ce quartier là, on l’appelle la ZUP. C’est des HLM qui dépendent des 3F. C’est la même ville mais la seule chose, tous les pauvres personnes, elles vivent là.

Anne-Catherine LE VERNOY, Mère au foyer

Je trouve que Saint-Germain représente une merveilleuse réussite de mondialisation parce que Saint-Germain réunit des cultures très différentes. Ça permet à chacun, à la fois d’être… de vivre en groupe en continuant les traditions qui sont importantes pour les uns et pour les autres, et à la fois d’être réuni dans cette ville qui est… voilà, avec cette intégration des différentes langues.

Jean-Stephane PERREE, Professeur de français

Pour moi Saint-Germain-en-Laye c’est la beauté, la beauté du château qui vous accueille à la sortie du RER A. Le château et le parc qui vous accueillent. C’est la beauté de ses rues, comme au pain avec ses vestiges historiques. Et c’est en même temps sa modernité et son ouverture, puisque c’est une ville qui, au-delà de sa dimension historique, s’inscrit dans le futur.

Capucine OUVRARD, Lycéenne

Dans dix ans, je pense pas que Saint-Germain-en-Laye aura beaucoup changé parce qu’il y a quand même un centre historique. Saint-Germain-en-Laye, ce n’est pas Paris. Ça reste quand même la banlieue et un peu la campagne, donc c’est vrai que c’est sympa comme ça et je ne vois pas pourquoi ça s’étendrait plus que ça.

Gracia COSTA, Employée à la retraite

Saint-Germain-en-Laye ça va être bien. Le maire nous a dit tant de choses qu’il doit faire : une piste, des changements, pour les bicyclettes, tout ça, ce serait formidable. Je ne pense pas qu’il va mettre des immeubles, des immeubles. Non, je ne crois pas. C’est une ville chic, riche et je ne crois pas. Ça ne serait pas pareil. Je ne crois pas. Et je ne le souhaite pas !

Jean-François RIDEL, Commerçant

Dans dix ans, je pense que Saint-Germain-en-Laye conservera le même esprit. Je ne pense pas que les possibilités de construction des verrues soient possibles. Il y aurait trop d’obstruction de la part de la population. S’il y a des gens qui viennent s’installer à Saint-Germain-en-Laye, je vais dire tant mieux. Je dis beaucoup de monde, peut-être pas tous les mondes. Je n’y crois pas à la mixité sociale.

Laura QUIEVREUX, Lycéenne

Le risque, c’est que ce soit une ville un peu comme Neuilly où tous les jeunes partent, que ce soit une ville de « vieux », que les jeunes… parce que les jeunes veulent partir après dans Paris pour faire leurs études et sortir, parce que ça bouge plus dans Paris le soir. Donc le risque dans dix ans, c’est qu’il y ait de moins en moins de jeunes ici.

Pierre-Olof HAUFMANN, Étudiant en droit

Dans dix ans va y avoir une grosse plaque étudiante, une grosse plaque tournante étudiante dans le bassin parisien, je trouve. Ça pourra apporter des…comment dire…, on va dire une revigoration de tout le centre-ville, déjà, qu’on voit déjà aujourd’hui qui commence et avec encore plus de monde qui peut sortir, qui profite de la ville, de tout ce qu’elle propose.

Henri HICKS, Lycéen

Il y a de plus en plus de gens qui partent des zones rurales ou des petites villes françaises, de province, pour venir à Saint-Germain-en-Laye, donc je pense que le développement de cette ville… que la ville va se développer, va s’élargir et que la mairie et les autres infrastructures publiques vont devoir faire face à ce développement.

Armand GOUVY, Mécanicien

Ca sera peut-être plus un centre avec les villes ou les villages qu’il y a en périphérie, qui eux vont peut-être plus loger de monde. Je sais pas s’il y aura plus d’habitants, parce que… remarquez, il reste un peu de… oui, il y a le quartier du Bel Air, il y a des endroits où on peut encore agrandir et loger des gens, mais… je pense pas que ça puisse s’étendre indéfiniment non plus, à moins d’abattre les forêts.

Hubertine BOTAKILE, Aide soignante

Déjà que le maire a pris la décision de construire un peu plus de logements sociaux, je pense que la ville va s’agrandir. Parce qu’à Bel Air, il a prévu des travaux de rénovation des anciens immeubles. Tout cela, ils vont reconstruire. Saint-Germain, je pense que dans dix ans il y aura encore plus de monde qu’aujourd’hui et donc des problèmes qui peuvent surgir. Plus il y a d’habitants, plus il y a des soucis supplémentaires.

Rosa ARAUJO ALVES VAZ, Employée de maison

Dans dix ans, la ville sera plus agréable j’imagine. Ici, par exemple, dans notre quartier, il y a tout un… la Dalle qui va partir, ils vont la détruire et ils vont reconstruire beaucoup plus aéré, parce que c’est un peu sombre. Ils vont créer un relais entre la gare de la Ceinture jusqu’à la gare du RER A.

Christophe CHEVRY, Collégien

Il y a aura aussi les zones urbaines, excentrées, la périphérie de Saint-Germain qui sera aussi belle que le centre. Là, on va dire que le centre est un peu plus avantagé. C’est normal aussi, tout se concentre au centre.

Yves LALLEMAND, Militaire

Il faut que Saint-Germain arrive à se développer tout en gardant ce qui fait son charme aujourd’hui, et sa qualité de vie. On a la Plaine de la Jonction qui est un espace vert, en fait. J’espère qu’il sera préservé, que la mairie n’aura pas, par exemple, l’idée de construire une zone commerciale dans la Plaine de la Jonction, ce qui ferait qu’on aurait une zone urbaine qui se poursuivrait vers Poissy et vers Orgeval.

Lanfranco CAU, Cadre dans l’industrie

Elle pourrait se développer en termes de services pour donner à la zone industrielle à côté, ça veut dire La Défense, où tous les services qui peuvent pas se développer aujourd’hui encore à La Défense. Ici, on a encore la possibilité de donner des services à un type de back-office, des bureaux, etc. Il y a les axes routiers, accès faciles à Paris, à La Défense, donc voilà, c’est un moyen de pouvoir offrir à Saint-Germain et aux petits satellites encore de l’expansion même industrielle, au-delà du commerce, par exemple.

Christine SALISBURY, Employée – Aide à la personne

J’espère que Saint-Germain gardera bien son identité de ville et ne sera pas engloutie dans un Grand Paris, même si le Grand Paris a une réalité quelque part, j’espère que les villes pourront conserver vraiment leur identité et que les gens se sentiront Saint-Germanois plutôt que de dire « je suis parisien ».

Michel ROGER, Chef d’entreprise

Le Grand Paris avec Saint-Germain-en-Laye c’est une bonne chose. Il faudrait que Saint-Germain profite – mais je n’aime pas le mot profiter – du Grand Paris. C’est-à-dire que Saint-Germain doit donner au Grand Paris et le Grand Paris doit apporter à Saint-Germain. Qu’il y ait une idée de partage, mais que chacun garde son autonomie, que ce ne soit pas une ville de transition ou une ville-dortoir à cause de grands mouvements comme ça. Chacun doit donner et prendre, comme une forme d’échange dans la culture, dans le business.

Aurélien SARAZIN, Responsable logistique

Il y a des projets relativement importants, je crois vers la forêt, il me semble, vers la gare de Petite Ceinture, ça doit s’appeler comme ça. Le risque, c’est que ça devienne juste une espèce de centre commercial en centre-ville, avec des rues piétonnes où tout le monde vient faire ses courses, un peu comme les halles, mais en plus joli. Ce que je ne voudrais pas, en fait, c’est que ça devienne une cité-dortoir pour riches internationaux. Ça peut être l’autre scénario, ça peut devenir une ville équilibrée entre un côté résidentiel, mais aussi une activité économique.

Que faut-il changer ?

Émilie LEBOCO-HIAUX, Assistante de direction

Il y a déjà énormément de voitures dans Saint-Germain. C’est tout le temps embouteillé, donc pourquoi ne pas faire un Saint-Germain centre-ville piétonnier. Pourquoi est-ce qu’on ne ferait pas le Vélib dans Saint-Germain-en-Laye ? Ça serait peut-être l’idéal. Et puis peut-être des facilités pour se garer, aussi. Parce que Saint-Germain, pour se garer, c’est l’enfer.

Christine SALISBURY, Employée – Aide à la personne

Il y a des fois, vraiment, on se sent complètement oubliés de la municipalité. Comme on est très loin du centre, si pour certains services les communes limitrophes pouvaient intervenir sur ce qui appartient à Saint-Germain-en-Laye, ça serait plus efficace, plus rentable, d’une logique territoriale plutôt qu’une logique administrative.

Jean-Pierre FITOUSSI, Médecin

Notre système hospitalier… il y a un vide. Un vide compensé par l’hôpital de Poissy. Ce qu’il faudrait faire, c’est recréer au moins un service d’urgence qui tienne et qui soit solide et qui soit accessible par tous les Saint-Germanois et la région autour.

Moez JEDIDI, Ingénieur

Ce qu’il faudrait changer pour que Saint-Germain soit meilleur et que la ville soit plus belle ici, s’occuper un peu aussi du côté petite délinquance qui commence à voir le jour. Il faudrait imaginer, à mon avis, plus de travail associatif et que les autorités locales soient plus impliquées financièrement surtout pour éduquer les jeunes.

Laura QUIEVREUX, Lycéenne

Il manque quand même quelque chose pour nous, les jeunes. Ils devraient faire plus de festivals, de choses où… par exemple, la fête de la musique, c’est un point de rassemblement et c’est sympathique. Tout le monde y va. Il faudrait qu’ils fassent plus de choses comme ça pour faire vivre la ville le soir.

Rosa ARANJO ALVES VAZ, Employée de maison

Ce qu’il faudrait changer à l’avenir, à Saint-Germain-en-Laye, ce serait diminuer l’écart ou supprimer carrément l’écart qui est entre le centre et Bel Air. Parce qu’on ressent toujours cet écart, cet éloignement. Une ville plus unie.

Christophe CHEVRY, Collégien

Je me dis que c’est vraiment divisé. Il y a d’un côté les jeunes et les personnes âgées. Il y a vraiment un creux, un fossé et je trouve ça dommage quand même parce que je pense que les personnes âgées ont quand même beaucoup de choses à nous faire savoir. Une bonne idée que le maire aurait de créer des activités personnes âgées/jeunes.

Cécile CHEVREUL, Directrice commerciale

Je me rends compte quand on est une femme jeune, qui travaille, on peut très vite être un petit peu mise à l’écart par le restant de la population féminine qui sont effectivement au foyer, avec des activités de femme au foyer. Je pense que la Mairie peut faire un effort de créer plus de structures pour… Y a quand même des mamans qui travaillent.

Alice GRAMFORT, Commerçante

Je trouve qu’il n’y a pas assez de tourisme ici. C’est dommage. Parce qu’on est une ville anglophone, on est une ville internationale. Peut-être qu’il n’y a pas assez de communication sur la ville. Je ne sais pas. Peut-être qu’il y en a. Peut-être qu’il faudrait être davantage dans des guides internationaux. Il y a beaucoup les pays émergents, la Chine, le Japon qui viennent beaucoup visiter la France. Peut-être il faudrait être dans leur guide, qu’ils viennent nous voir.

Caroline FAUCHET, Professeur de musique

La création d’emploi, si je puis dire, la création d’entreprises pour que Saint-Germain-en-Laye soit au même niveau économique des grands pôles qui se situent autour. Ça, je pense que ce serait le Bel Air, les nouveaux quartiers qui sont en train de se créer, pourrait être une solution.

Karen BENTHELOT, Gestionnaire – Comptable

Le petit bémol de Saint-Germain-en-Laye me semble-t-il, c’est que sur le plan économique, ce soit pas une ville très dynamique. Organiser dans un premier temps des manifestations qui permettent de faire découvrir la ville à des entrepreneurs. Leur montrer les atouts, pour eux, de s’installer dans une ville comme Saint-Germain qui est à proximité de pôles intéressants, qui est proche de La Défense et qui offre une qualité de vie incomparable.

Jean-Baptiste GALLAND, Cadre

Il faut que le maire de Saint-Germain écoute ses habitants, parce que tous ont leurs idées, donc elles sont toutes bonnes à prendre. Je pense qu’il ne doit pas réfléchir tout seul pour sa ville, mais réfléchir avec les villes qui sont autour. C’est comme ça que le futur se construit. Il ne se construit plus sur une petite ville, il se construit avec tous ceux qui sont autour, en tant que communauté. Parce que la communauté c’est l’organisation, celle de l’habitat, des bureaux, des transports… de la vie, finalement, de tous les habitants.

Aurélien SARAZIN, Responsable logistique

Est-ce qu’on peut, mais c’est la même question qu’on se pose à Paris, est-ce que les gens peuvent indéfiniment vivre dans ces villes avec l’augmentation des tarifs immobiliers ? Et Saint-Germain, effectivement, plus ça va aller, plus ça va mettre à la marge un certain nombre de la population, qui fait vivre cette ville, qui crée l’activité de cette ville, aussi. J’ai aussi envie d’habiter dans un monde qui ne soit pas seulement un monde de riches ou un monde de pauvres, mais un monde mélangé.

Ruth Mc AULEY, Assistante de direction

Il faudra faire très attention que ça ne devienne pas une ville avec des ghettos. Il faut essayer de répartir les richesses, le travail. Mieux mélanger les gens, pas sectoriser parce c’est très dangereux. Parce que le mélange des idées, des gens, des langages, des cultures fait quelque chose de très riche par rapport à une seule classe sociale.

Mikaël de TALHOUET, Officier pompier

Pour moi, la question importante en termes de développement pour la ville de Saint-Germain-en-
Laye, c’est de savoir aligner les attentes des différentes populations. On ne demande pas à Saint-
Germain d’être une ville… un Paris bis par exemple, mais d’être ce qui fait l’identité de Saint
Germain depuis des générations et des générations tout en ayant l’envie profonde de s’inscrire les
perspectives du XXIème siècle.

Lanfranco CAU, Cadre dans l’industrie

La question décisive ? Il faut garder la mixité, village vivant. Parce que si ça devient qu’une immense plateforme immobilière, où il n’y a pas des activités sur place, ça va mourir, ça va devenir comme les quartiers très riches et chics de Paris ou Venise, pour faire une comparaison avec l’Italie, il y aura que des Allemands, des Anglais et des Japonais, mais ce sera pas une ville française.